5 jan

L’Épiphanie avec ses enfants.

La galette est prête.

La couronne confectionnée… Et maintenant, on fait quoi ?

Je vous propose aujourd’hui quelques activités à partager avec vos enfants autour de l’Épiphanie. Qui dit Épiphanie dit rois mages et galettes. Ça en fait des choses … Super : ça veut dire que je vais pouvoir vous proposer plusieurs activités autour de ces trois thèmes.

Commençons par l’Épiphanie.

Une petite piqûre de rappel : l’Épiphanie a lieu le 6 janvier. Mais en France et en Belgique, puisque ce jour n’est pas férié, elle est célébrée le premier dimanche de janvier sauf si celui-ci est le 1er janvier. Raison pour laquelle certains d’entre vous ont déjà partagé la fameuse galette le dimanche qui vient de passer.

Un peu d’histoire… point trop non plus car vous pouvez vous référez à mon dernier article intitulé Comment faire une galette des rois avec ses enfants.

L’Épiphanie, ou fête des rois, commémore la visite des trois rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar venus porter des présents à l’enfant Jésus : de la myrrhe, de l’encens et de l’or.

rois mages

Pour trouver leur chemin jusqu’à la crèche, les mages ont suivi une étoile plus brillante que toutes les autres. C’est elle qui les a guidés : on l’appelle l’étoile du berger.

Aujourd’hui, la tradition veut que pour le « Jour des Rois », on partage une galette. Selon la région, il s’agit soit d’un gâteau feuilleté soit d’un gâteau brioché.

Quelques traditions que l’on soit chrétien ou non

Si votre famille célèbre les fêtes chrétiennes, l’Épiphanie est le parfait moment pour expliquer à vos enfants comment utiliser les éléments d’une crèche de Noël.

Rien ne vous empêche de jouer l’histoire des rois mages avec vos enfants. Attribuez à chacun un rôle bien précis. Ensuite prenez un temps pour placer les figurines correspondantes aux rois mages dans votre crèche, autour de l’enfant Jésus.

SI au contraire, vous n’êtes pas une famille chrétienne, aucun problème. Profitez de ce temps de l’Épiphanie pour ouvrir vos enfants à différentes croyances et pour leur apprendre certains éléments sur les cultures et coutumes à travers le monde.

En Europe les célébrations de l’Epiphanie varient d’un pays à l’autre.

Les Italiens, par exemple, fêtent la « Befania ». Quelle est donc cette tradition? Il s’agit d’un hommage à une vieille sorcière souvent décrite comme une vieille femme souriante volant sur son balai qui la veille de l’Épiphanie, s’arrête dans les foyers déposer des cadeaux par la cheminée. Les enfants auront accroché des chaussettes à proximité de la cheminée ou de la fenêtre. S’ils ont été gentils et bons tout le long de l’année, la Béfana leur dépose des caramels ou des chocolats. Si en revanche, ils n’ont pas été gentils, elle remplit la chaussette de charbon (il s’agit de réglisse ou autre sucrerie ressemblant au charbon).

Bénafa

N’hésitez pas à vous intéresser aux coutumes et traditions des autres pays.

Maintenant qu’on connaît les grandes lignes de l’histoire, si on se mettait aux activités ?

Priorité à l’Épiphanie.

Une petite charade

Vous savez cette énigme où l’on doit deviner un mot de plusieurs syllabes décomposé en parties formant elles-mêmes un mot, d’après la définition des parties et du tout. (La charade se présente ainsi : Mon premier est…, mon second est…, etc., et mon tout est…)

Mon premier contient des graines de maïs ou de blé.

Mon second est la quatrième note de la gamme.

Mon troisième est l’habitat de l’oiseau.

Mon tout est une fête chrétienne qui rappelle l’arrivée des rois mages.

Vous l’aurez deviné, il s’agit bien de l’Épiphanie.

 

C’est au tour des Rois Mages qui sont tout de même les personnages clés.

Mettons-les donc à l’honneur à travers conte, comptine et poésie.

 

Un conte sur le quatrième mage de Joannes Joergensen

Une vieille légende raconte que lorsque les mages repartirent de Bethléem, lorsqu’ils eurent disparu loin derrière les collines avec leurs dromadaires, un quatrième mage se présenta devant Jésus, Marie et Joseph…

Il venait de bien loin: sa patrie était le pays qui baigne le Golfe Persique. Lorsqu’il avait vu l’étoile se lever, il avait décidé de tout quitter, de tout abandonner et de se laisser guider pas cette nouvelle lumière. Avec lui, il avait emporté son trésor le plus rare: trois perles précieuses aussi grosses que des oeufs de pigeon.
En chemin, il s’arrêta dans une hôtellerie et c’est en entrant dans la salle des voyageurs, qu’il aperçut, étendu sur un banc, un vieillard amaigri et tremblant de fièvre . Nul ne savait qui il était mais comme sa bourse était vide, il devait être jeté dehors le lendemain. A sa vue, le mage ne put s’empêcher de prendre une perle à sa ceinture, de la donner à l’aubergiste pour qu’il s’occupe de l’homme et qu’il trouve un médecin qui lui procure des soins…
Le lendemain notre ami repartit. La route suivait une vallée déserte où d’énormes rochers se dressaient épars entre les taillis de térébinthe et de genêts en fleurs d’or. Soudain, le mage entendit un cri: des soldats s’étaient emparés d’une jeune femme et s’apprêtaient à la violenter. Pour la seconde fois, le voyageur mit la main à sa ceinture, prit une nouvelle perle et l’offrit aux soldats en échange de la délivrance de la jeune femme…
Vers midi, notre marcheur aperçut une ville en feu. En s’approchant, il vit un soldat qui s’attaquait à un tout jeune enfant et une mère affolée qui suppliait. Notre homme tira la dernière perle de sa ceinture et la donna au soldat afin qu’il rendit l’enfant à sa mère…
Maintenant, le soir tombait; le calme était revenu et le mage arrivait devant l’étable où Jésus venait de naître. Il poussa lentement la porte, contempla Marie qui berçait doucement l’enfant puis s’approcha et se prosterna humblement en murmurant: « Seigneur, pardonne-moi, je n’ai rien à t’offrir, j’arrive les mains vides… »
Alors, il raconta son histoire…
Quand le mage eut achevé son récit, le silence régna dans la pièce. Pendant un instant, le voyageur resta le front appuyé contre le sol. Puis, il osa lever les yeux… Il reçut alors en plein coeur, le visage rayonnant de Jésus et des yeux qui lui faisaient l’offrande de leur plus merveilleux sourire…

étoile mages

Maintenant que vous avez lu cette belle histoire, profitez-en pour solliciter votre enfant en lui demandant ce qu’il a compris et partager vos émotions.

Une comptine

Les rois mages

Ils perdirent l’Étoile, un soir ; pourquoi perd-on
L’Étoile? Pour l’avoir parfois trop regardée
Les deux rois blancs, étant des savants de Chaldée
Tracèrent sur le sol des cercles au bâton

Ils firent des calculs, grattèrent leur menton
Mais l’étoile avait fuit, comme fuit une idée
Et ces hommes dont l’âme eut soif d’être guidée
Pleurèrent, en dressant des tentes de coton

Mais le pauvre Roi noir, méprisé des deux autres
Se dit « pensons aux soifs qui ne sont pas les nôtres,
Il faut donner quand même à boire aux animaux »

Et, tandis qu’il tenait son seau d’eau par son anse
Dans l’humble rond de ciel ou buvaient les chameaux
Il vit l’Étoile d’or, qui dansait en silence.

Edmond Rostand

rois mages rostand

Une poésie

Les rois mages

Dans le désert, la caravane.

Poussière, poussière. La nuit

recouvre toute palmeraie.

 

Les rois s’en vont vers une étoile.

Princes de toutes les couleurs,

ne redoutez pas les simouns.

Écoutez votre cœur limpide

vous parviendrez jusqu’à l’étable.

 

La bise redouble de fers,

de fouets, de poignards, de garrots.

Les sables comme des mers folles

Anéantissent l’horizon.

 

Vous marcherez, rois blancs et noirs,

Frères de toutes les partances,

Frères de toutes les douleurs,

Vers cette étoile de là-bas.

 

Elle veille sur le berceau

Sur la graine sur la promesse,

Sur le lis, l’iris, la pervenche,

Sur le fruit qui dort dans mes bras.

 

Frères des myrrhes, rois des dunes,

Compagnons des pistes perdues

Soyez heureux, la nuit s’efface,

L’étoile tremble sur l’enfant.

Pierre Gamarra, La poésie comme elle s’écrit, 1979

 

Épiphanie rime avec galette… Comment ne pas vous proposer quelques idées d’activités autour de ce fameux gâteau à la forme ronde et dorée. N’hésitez pas à vous référer à l’article concernant la préparation d’une galette avec ses enfants.

Pour un peu de vocabulaire :

Remettre les lettres dans l’ordre : ersuc, iatl… N’hésitez à compléter les mots en prenant les ingrédients nécessaires à la fabrication de la galette.

Pour la bonne humeur des plus petits, si on poussait la chansonnette ?

J’aime la galette

J’aime la galette est une chanson traditionnelle que les enfants de maternelle apprennent très souvent à l’école. Cette petite chanson a le mérite d’être courte donc facile à chanter. On la le plus souvent à l’Épiphanie au moment de tirer les rois.

Paroles de J’aime la galette

J’aime la galette

Savez-vous comment ?

Quand elle est bien faite

Avec du beurre dedans.

Tralalala lalala lalère

Tralalala lalala lala

 

Rien ne vous empêche de continuer une 2ème strophe avec vos enfants

Commencez par J’aime la galette
Savez-vous comment ?
Quand elle est bien faite
Avec ….. (à vous de compléter ensemble)

enfants qui chantent

Une deuxième pour continuer sur la lancée.

Qui fera la bonne galette ?

Qui fera la bonne galette

La galette qui la mangera

Qui fera la bonne galette

La galette qui la mangera ?

 

Ce sera celle que tu choisiras

1,2,3,4,5,6

ET voilà le roi et la reine

ET voilà la reine et le roi.

notes de musique

Ce sera tout pour aujourd’hui. Il me reste à vous souhaite une belle fête de l’Épiphanie dans le partage et la bonne humeur.

A très vite.

Amicalement,

Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>