1 mai

Le 1er Mai avec les enfants.

Un jour férié qui cette année annonce un week-end prolongé, quelle belle nouvelle.

Je vais vous proposer quelques activités autour du 1er mai à partager avec vos enfants mais avant tout expliquons à nos petites têtes pourquoi nous ne travaillons pas aujourd’hui.

 

Quelles sont les origines du 1er mai?

Bien évidemment il y a plusieurs origines pour ce jour chômé.

 

C’est le Jour du travail.

Commencez peut-être par expliquer à votre enfant ce qu’est un jour férié : pourquoi ne travaille-t-on pas ce jour-là ?

C’est un jour particulier : un jour de fête qu’elle soit civile ou religieuse ou un jour pour commémorer un événement particulier.

Mais quel est le rapport avec le travail ?

Il faut remonter au 1er mai 1886 pour comprendre l’origine de ce jour férié. En effet, ce jour-là à Chicago des centaines de milliers de salariés ont manifesté pour revendiquer une journée de travail de 8h. S’en sont suivis de violents heurts.

C’est en 1889 qu’il a été décidé de faire du 1er mai un jour chômé, c’est-à-dire un jour où non seulement on ne travaille pas mais en plus où on est payé et tout ceci en souvenir de la liberté d’expression du Monde ouvrier.

Depuis, il est de coutume  pour les syndicats de défiler dans les rues chaque année le jour du 1er Mai.

Ce jour du travail est un bon prétexte pour échanger avec votre enfant autour des différents métiers en lui demandant ce qui le fait rêver, ce qu’il aurait envie de faire…

 

D’autres origines plus lointaines.

Comme souvent, on trouve des origines païennes liées au rythme de la nature.

Pour les Celtes, c’est la fête de Beltaine (en l’honneur de Belenos qui est l’incarnation en lumière du dieu Lug). : le passage de la saison sombre à la saison claire, la reprise de la chasse, de la guerre. Ils célèbrent donc le début de l’été en dansant notamment autour d’un arbre et de feu pour faire fuir les mauvais esprits.

Cette tradition de l’arbre de Mai a perduré en Allemagne et notamment en Bavière : il s’agit du Maibaum.

Le Maibaum est un tronc dépourvu de son écorce pour ensuite être peint aux couleurs bavaroises (bleu et blanc). Il est ensuite décoré de part et d’autre de panneaux contenant des figurines à l’effigie des différents corps de métiers ( menuisier, cordonnier…)

Fêtes, coutumes et traditions autour de cet arbre de Mai se succèderont dans la joie et la bonne humeur des petits et grands.

 

Le Jour du Bonheur.

Mais il s’agit également du Jour du Bonheur où l’on offre du muguet aux gens qu’on aime.

Cette plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps, elle est d’autant plus apprécié qu’elle a des vertus de porte-bonheur.

muguet dessin

 

 

Je vous propose une petite poésie de Maurice Carême que vous pourrez lire avec votre enfant.

Le muguet

Cloches naïves du muguet,

Carillonnez ! car voici Mai !

Sous une averse de lumière,
Les arbres chantent au verger,
Et les graines du potager
Sortent en riant de la terre.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

Les yeux brillants, l’âme légère,
Les fillettes s’en vont au bois
Rejoindre les fées qui, déjà,
Dansent en rond sur la bruyère.

Carillonnez ! car voici Mai !
Cloches naïves du muguet !

 

S’il prend du plaisir à découvrir ces quelques vers, proposez-lui d’illustrer le poème en se concentrant sur la représentation d’un brin de muguet.

 

En Alsace, le brin de muguet s’offrait accompagné d’une petite douceur sucrée aux formes étranges rappelant celles d’un petit scarabée…

Une moue envahit le visage de votre enfant… Les petites bêtes ne mangent pas les grandes voyons.

Je l’admets de prime abord il peut s’agir d’une tradition un peu particulière… Mais elle devient bien plus cohérente quand on s’attarde un peu sur son origine en relation avec le rythme de la nature. Même s’il a quasiment disparu de nos campagnes, le hanneton symbolise le printemps et la renaissance de la nature.

Il y a quelques années, les petits Alsaciens se faisaient un malin plaisir pour organiser une chasse de Maiakafer (ou scarabée de mai). Autant vous dire que cette activité devient compliquée à organiser, les hannetons étant en voie de disparition. Cependant la coutume perdure puisqu’ils ont donc été remplacés par ces petits chocolats.

 

 

Les beaux jours sont de retour. Enfin en théorie…

Les activités de plein air et notamment les promenades seront de plus en plus nombreuses.

Pour garder une trace de ces moments partagés en famille, il serait amusant d’apprendre à vos enfants à fabriquer un herbier ?

A chaque tour dans la nature, votre enfant se chargera de cueillir une fleur ou autre végétal qu’il fera sécher pour ensuite l’annoter dans son support qui lui servira d’herbier.

 

Comment fabriquer un herbier?

Profitez de cette journée où le muguet est à l’honneur pour commencer la collecte.

Expliquez à votre enfant ce qu’est un herbier et quelle en est la fonction.

C’est un support qui permet de collectionner des plantes séchées et pressées.

herbier muguet

Il faut respecter quelques petites étapes pour confectionner son livre :

Après avoir récolté le muguet, séparez les feuilles de la tige portant les fleurs.

Préparez le journal : ouvrez une double page pour y placer les éléments. Rabattez une feuille pour recouvrir le tout.

Posez un dictionnaire sur l’ensemble.

Cette étape vous permettra de faire sécher correctement vos végétaux. La patience est de mise : il va falloir les oublier une petite semaine.

Sept jours plus tard, on commence par admirer la réalisation de la première étape mais surtout on se montre très délicat dans la manipulation des petites fleurs séchées.

Mettez à disposition de votre enfant des feuilles de papier Canson que vous assemblerez à votre guise, un cahier à spirale, un album photo vierge ou même un cahier spécialement conçu pour cette activité.

Collez les différents éléments et n’hésitez pas à ajouter quelques annotations : la date, le lieu, le nom de la fleur, un dessin, un petit résumé de la journée… Laissez libre cours à l’imagination.

 

enfants heureux

Maintenant qu’on a mis à l’honneur cette petite fleur blanche synonyme de bonheur… Si on discutait avec nos petits bouts de ce grand mot : le Bonheur. Qu’est-ce que ça signifie pour eux ?

Quel serait pour eux leur plus grand Bonheur?

Je l’admets, ce n’est pas si facile. Même si tout ceci paraît un peu périlleux, ça vaut le coup d’essayer. N’hésitez-pas à le guider en lui proposant de dessiner une échelle des plaisirs : il l’annotera en les classant par ordre d’importance.

Au bas de l’échelle : ils pourrait s’agir des petits plaisirs du quotidien, ceux  qui nous procurent de la satisfaction.

Plus on s’approche du milieu, plus je serai capable de dire: je suis content parce que… j’ai partagé un bon moment… J’ai fait une belle promenade, j’ai vu…

Et quand je m’approche encore un peu plus du haut de l’échelle, je me rends compte que ce sont mes relations avec les autres qui me rendent heureux : en famille ou avec des amis.

Tout en haut de l’échelle… Cela devient un peu plus compliqué car c’est plus immatériel… intellectuel… chacun est bien entendu libre de trouver le mot approprié…

Il va de soi que cette échelle des bonheurs, plaisirs est à adapter à l’âge de l’enfant.

Une chose est certaine et ça nous pouvons le communiquer à nos enfants : pour être véritablement heureux, il faut rester soi-même.

Nous sommes tous différents, uniques… Ne nous obligeons pas à faire comme les autres. Cette question touchera bien évidemment beaucoup plus les adolescents pour qui l’image est très importante.

Bon amusement et surtout gardez à l’esprit qu’« en mai fais ce qu’il te plaît ».

Amicalement,

Nathalie

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>