17 fév

Fabriquer un masque avec ses enfants.

Et si on partageait quelques activités autour de Mardi Gras avec les enfants car…:

Aujourd’hui c’est …. :

Mardi gras

Sautez au plafond

Boules de cotillons

Retombez en pluie

Jolis confettis

Emprisonnez chacun

Joyeux serpentins

confetti

Un jour qu’on ne peut pas éviter d’autant plus lorsqu’on a des enfants. Ce jour de fête où joie, bonne humeur et gourmandises sont les mots d’ordre.

Quelle excitation de choisir son déguisement, de manger crêpes, beignets et autres merveilles qui font saliver les papilles des petits et grands.

Mardi gras, t’en va pas

J’f’rai des crêpes,

J’f’’rai des crêpes

Mardi gras,t’en va pas,

J’f’rai des crêpes et t’en auras !

N’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil à la recette de crêpes que j’ai proposé dans mon article sur la chandeleur.

En écrivant mon article, je me suis laissée submerger par mon enthousiasme à énumérer pleins d’activités à partager avec ses enfants. Qui dit Mardi-Gras dit Carnaval dit déguisement dit défilé dit musique dit…. Stop ! Rien ne va plus, tout fuse dans tous les sens.

Soyons clair, aujourd’hui c’est Mardi-Gras donc on parle de Mardi-Gras. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué…

Carnaval, instruments de musique et autres traditions ce sera pour un prochain article.

Revenons à nos moutons.

C’est quand Mardi-Gras ?

Mardi gras, Pancake Day, Fastnacht, Spregidagur, Terça-feira Gorda, Apocreas….

Tous ces mots pour le même jour : celui précédant le Mercredi des Cendres qui marque le début de la période de Carême chez les chrétiens. Cette fête n’a pas de date fixe mais le repère reste toujours le même : elle est fixée en fonction de la date de Pâques qui varie quant à elle selon le cycle de la Lune.

Depuis quand un mardi peut-il être gras ?

Il est de coutume de manger des beignets, crêpes, gaufres… Et autres aliments qualifiés de gras pour marquer le coup avant le début des privations de la période de Carême.

A part manger, que fait-on de particulier ce jour-là ?

On ne peut pas parler du Mardi-Gras sans évoquer le carnaval.

Carnaval est une fête avec des rituels différents selon les endroits du globe.

carnaval

D’où vient ce mot « carnaval » ?

L’origine du mot « carnaval » vient de carnevale, composé de chair, et levare, lever, enlever, ôter.

En Italien « carnelevare » signifie « sans viande ».

Connaît-on les origines de cette tradition ?

Même si elle a bien entendu beaucoup évolué, cette tradition perdure depuis plus de 2000 ans.

Liées aux saisons, ces fêtes de carnaval célèbrent la fin de l’hiver et le début du printemps.

Que ce soit à l’Antiquité ou au Moyen-Age, cette période définie était l’occasion d’inverser des rôles  tels que maître/esclave, riches/pauvres…

Les notions de déguisement et de masque prennent donc tout leur sens.

C’est d’ailleurs ce qu’on retient de nos jours : les déguisements ne sont plus là pour échanger des rôles ou des conditions sociales mais pour le folklore.

Eh voilà, on se disperse à parler de carnaval…. A ma décharge, Mardi-Gras et Carnaval sont un peu liés non ?

Passons aux choses plus sérieuses surtout manuelles.

Ce jour est la parfaite occasion pour fabriquer un masque avec ses enfants. Une activité manuelle à partager et à réexploiter pour diverses occasions festives, des anniversaires….

 

Oui mais un masque ça sert à quoi ?

masques

Pas de carnaval sans déguisement, masque, accessoire sonore….

Le déguisement ok… On se met dans la peau d’un autre personnage le temps d’une journée, d’une soirée…

Mais le masque ? Il nous cache… Quel est l’intérêt ?

C’était bien sa première fonction : il permet à la personne portant le masque de garder l’anonymat. Pour quelle raison ? Tout simplement, pour tout dire et entendre sans être mal à l’aise. Ca remonte à longtemps…

Mais quelle est donc cette mascarade ?

masquarade

Le Petit Larousse nous dit :

  • italien mascara, variante de mascherata, de maschera, masque)
  • Réunion ou défilé de personnes déguisées et masquées.
  • Déguisement étrange, accoutrement ridicule.
  • Comédie hypocrite, mise en scène trompeuse : La réunion fut une mascarade.
  • Divertissement d’origine italienne et de caractère aristocratique, constitué par des scènes ou des entrées allégoriques, mythologiques, satiriques ou burlesques de personnages masqués, entremêlées de musique, de danse et de poésie. (Elle fut une des sources du ballet de cour.)

Les masques scéniques existent depuis très longtemps, bien avant d’être cette pièce incontournable du carnaval. Même si les origines de porter un masque pour certaines occasions (cérémonies rituelles, représentations scéniques…) sont bien lointaines, sa principale fonction a toujours été de préserver l’anonymat de celui qui le porte.

Les masques et la mise en scène trompeuse me font penser à Arlequin, ce personnage de la Commedia dell Arte.

Ne nous dispersons pas et revenons à nos masques.

Le masque fait partie de l’art de l’imitation. Son rôle était important dans le théâtre antique. L’acteur l’utilise donc pour souligner l’expression du moment.

C’est à partir du Moyen-Age que le masque apparaît comme déguisement.

 

Comment fabriquer un masque avec ses enfants ?

Je vous propose plusieurs alternatives.

Un grand choix de masques à imprimer sur internet sont disponibles.

A partir d’une base donnée:

Choisissez un modèle avec votre enfant puis dessiner-le sur une feuille ou imprimer-le pour pouvoir les décorer avec vos enfants. Si vous n’utilisez que des outils graphiques (crayons, feutres), vous pourrez le découper après. En revanche, si vous décidez de mettre à disposition à votre enfant plumes, paillettes et autres ornements, pensez à le découper préalablement.

modèle masque loup

modèle masque

 

Pour une version encore plus rapide

Vous n’avez pas eu le temps ou oublié de préparer un déguisement pour votre enfant.

A partir d’un modèle pré-existant:

Pas de panique : choisissez avec votre enfant un animal sauvage (lion, zèbre, éléphant…) qu’il affectionne. Le choix cornélien fait, cherchez un maque sur internet , imprimez et découper. Il ne reste plus qu’à assortir les tons de la tenue de votre enfant à ceux du masque. Et le tour est joué.

 

Si on décidait de laisser les petits bouts exprimer leur créativité en fabriquant un masque en papier mâché ?

En papier mâché:

Le temps imparti n’est certes pas le même mais cette activité se prête à diverses occasions.

 

Je vous propose d’établir la liste de matériel nécessaire à la confection d’un masque en papier mâché :

  • Un ballon gonflable dont la taille sera proportionnelle à la tête de votre enfant
  • Du papier journal
  • De la colle blanche ou de la colle à papier peint ou un mélange farine/eau
  • Un élastique
  • Une paire de ciseaux
  • Un couteau pointu ou un cutter
  • De la peinture
  • Des éléments de décoration

 

gonfler un ballon

1. Donnez le ballon à votre enfant pour qu’il le gonfle.

Je tiens à préciser que la taille donnée à votre ballon sera celle du masque.

Il faut donc bien adapter la taille du ballon à celle de la tête de l’enfant. A bout de souffle, vous estimez qu’il est assez gonflé (quand il est un peu plus gros que la tête) on passe à l’étape suivante.

Préparer papier mâché

2. Préparez le matériel nécessaire pour le papier mâché.

  • Le papier :

On vérifie ensemble si tout est bon. Profitez-en pour expliquer en quoi consiste cette technique à votre enfant.

Couper les journaux en lanières d’environ 5cm de large. Prévoyez-en suffisamment, il faut bien prévoir quatre cinq couches.

 

  • La colle :

Si vous utilisez de la colle blanche, la diluer avec un petit peu d’eau.

Si vous avez fait le choix de la colle à papier peint, respectez les conseils de préparation et surtout le temps de « pause ».

Si vous la préparez vous –même : mélangez dans une casserole une tasse de farine et une tasse d’eau. Faites chauffer le tout en mélangeant puis arrêtez lorsque la consistance s’apparente à celle de la colle.

Maintenant que la colle a pris, on est prêt pour commencer l’assemblage.

 

Par simplicité d’utilisation, mettre la colle dans un plat peu profond ou dans un bol large.

Recouvir ballon

3. Il s’agit maintenant de recouvrir le ballon de papier mâché.

Pour cela, on prend un morceau de papier au préalablement découpé, on le trempe dans la colle, on enlève le surplus de colle et on le pose sur le ballon.

Si vous ne voulez pas tremper les mains dans la colle, utilisez un pinceau pour étaler la colle. On réitère l’opération autant de fois qu’il faudra pour recouvir une première fois le ballon. Lors de cette première étape, on dispose les bandes de papier verticalement. Pour la seconde couche, on les disposera horizontalement. Pour la troisième verticalement et ainsi de suite…

Le ballon est bien recouvert de toutes ses couches, c’est le moment de décider si vous souhaiter ajouter des éléments en relief : nez, bouche, sourcils, pommettes… pour personnaliser le masque. L’intérêt de cette technique est que l’on peut modeler assez facilement quasiment n’importe quelle forme. Il suffit de chiffonner du papier imbibé de colle, de lui donner la forme souhaitée et de le coller. Vous pouvez ensuite recouvrir d’un autre papier.

 

La forme du masque est donnée. Laissons-le sécher à l’air libre pour qu’il durcisse.

Il faudra s’armer de patience et attendre quasiment 48h… Mais à vous de juger quand le papier sera bien sec.

 

Profitez-en pour trouver des idées de décorations (matière, forme, couleurs…).

percer avec une aiguille

4. Difficile de porter un masque avec un ballon à l’intérieur… Pour le retirer, prenez une aiguille et éclatez le ballon. Par précaution lors de la manipulation, laissez une distance raisonnable par rapport à votre visage.

couper le masque en 2

5. On va chercher la paire de ciseaux et on coupe le ballon en deux.

Vous voilà en présence de deux masques. Selon le cas, vous en aurez un avec des éléments modelés et un autre sans rien.

Si vous souhaitez modifier la forme de base du masque, vous pouvez couper le haut et/ou le bas du masque en lui donnant la forme souhaitée. A vous de définir le style.

Trous yeux bouche

6. Maintenant qu’on a la forme de notre masque. Et les yeux, et la bouche, et le nez… ? Munissez-vous de votre couteau ou cutter pour faire les trous correspondants aux yeux, bouche, nez. Veillez simplement à aligner les yeux. Il est préférable que cette étape soit réalisée par un adulte, l’enfant risquerait de se blesser.

Faites de petits de chaque côté pour y glisser l’élastique, le ruban.

7. C’est le moment de donner un peu de vie au masque : peinture, papier de couleurs, plumes, paillettes…Place à la créativité.

Laissez à nouveau sécher pour ne pas abîmer la création par de vilaines petites traces de doigts.

Les masques sont prêts ! Bonne mascarade.

Amicalement,

Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>